Quand la Russie met en scène l’U.R.S.S. : retour sur la cérémonie d’ouverture des jeux olympiques de Sochi.

  • P1000911

Si les médias ont beaucoup glosé sur l’anneau olympique qui ne s’est pas ouvert dans un des premiers tableaux de la cérémonie d’ouverture des J.O. de Sochi et son absence à la télévision russe, si beaucoup ont vu l’hommage à la « Russie éternelle » ou ont loué le spectaculaire, le grandiose voire la démesure de ce spectacle, peu ont analysé comment l’U.R.S.S., lors de cette cérémonie, est apparue. Contrairement à ce que certains affirment[1], l’évocation de l’U.R.S.S. ne s’est pas limitée à la faucille et au marteau. C’est tout un ensemble d’éléments plus ou moins subtils qui ont participé à la réintégration de l’U.R.S.S. dans la mémoire nationale.

Comme l’a souligné l’historien Nikolaj Koposov, depuis les années 2000, la Russie est marquée par le retour d’une « politique de l’histoire » fondée sur la réhabilitation de la fierté nationale et sur la restauration d’un Etat héritier des Empires russe et soviétique[2]. La cérémonie d’ouverture, mise en scène par  Konstantin Ernst[3], en a été une vivante et majestueuse démonstration. Mais c’est une image particulière de l’U.R.S.S. qui a été présentée : une image acceptable aux yeux du public étranger et, pour les Russes, une image fondée sur l’affectif et la nostalgie.

Source : http://www.tdg.ch/sotchi2014/intimite-suisses-jeux-dhiver/contenu-2/jo-sotchi-2014/s.html

Dès les premières minutes, l’alphabet initial a donné le ton. Gagarine, le hérisson dans le brouillard de Yuri Norstein, Spoutnik, Eisenstein, Lunohod ont côtoyé Dostoïevski, Pouchkine, Catherine II et Chagall. Grands artistes, héros de l’union, figures de l’enfance soviétique ont été convoqués et ont été mêlés aux figures impériales, aux «lieux de mémoire » russes, voire aux artistes stigmatisés par le régime soviétique comme Malevitch ou exilés comme Nabokov. La suite de la cérémonie fut du même ton, l’image de l’U.R.S.S. n’a pas été édulcorée mais concentrée sur certains de ses aspects les plus consensuels.

Pour le public de Russie et des anciennes républiques soviétiques, cette cérémonie a joué en effet sur l’affectif, sur la « soviétostalgie »[4]. Les clins d’œil à la culture populaire soviétique furent nombreux et se sont déclinés de différentes manières. Ce sont d’abord des allusions aux manifestations de masse soviétique, des échos à de grandes fêtes qui furent remarquables. Dès le deuxième tableau, la Russie multinationale fut mise à l’honneur. Les multiples nationalités avec des costumes traditionnels réalisés pour l’occasion dans des étoffes beiges et blanches rappelaient la mise en valeur des peuples et des nationalités composant l’U.R.S.S, très présente dans la propagande soviétique. La cérémonie d’ouverture des J.O. de Moscou avait sur ce thème proposé un long passage de danses folkloriques des anciennes républiques. Une autre allusion aux jeux de Moscou fut notable. L’entrée de l’ours-mascotte Polûs, précédant Barsik, le léopard des neiges et Strelka le lapin, rappelait directement la cérémonie de clôture de 1980 et l’entrée de l’ours Michka précédant son envol mélancolique. Plus marquantes encore furent les allusions aux grandes parades qui animèrent dans les années 1930 la place Rouge. Le défilé des rouages dans le tableau constructiviste, comme celui des motos avec des motifs sportifs dans le tableau suivant font directement référence aux pyramides et aux structures des parades  de culture physique immortalisées par Rodtchenko.

Le tableau illustrant l’U.R.S.S. en construction s’est arrêté sur un certain nombre de figures du quotidien soviétique et de la propagande comme les pionniers, les ouvriers, les pilotes, les astronautes. Ils défilaient dans ce tableau sous la houlette de l’oncle  Stepa. Interprété par le champion de boxe et membre de la Douma Nikolaj Valuev, l’oncle Stepa est un personnage de littérature enfantine et de dessin animé, créé par Sergej Mikhalkov dans les années 1930, policier de son état, honnête, aidant mais assurant aussi la sécurité de l’Etat. Les musiques choisies durant ce tableau comptent parmi de grands airs populaires : â šagaû po Moskve, lučšij gorod zemli, podmoskovnye večera.  De la même manière, la présence de stars du sport d’hiver soviétique, héroïsés à l’époque, comme Lidiâ Skoblikova, avec le drapeau olympique, Irina Rodnina et Vladislav Tretâk portant la flamme évoquant le « monde de l’homme soviétique » (Vajl’ et Genis)[5].

Faucille

Source : http://www.tdg.ch/sotchi2014/intimite-suisses-jeux-dhiver/contenu-2/jo-sotchi-2014/s.html

Le choix des épisodes retracés est cependant singulier : le chemin de fer et l’industrialisation, l’U.R.S.S. en construction.  La modernisation est mise en scène, son dynamisme artistique et culturel mais aussi l’ordre moral qui a été un des piliers du régime dans les années cinquante et soixante. En U.R.S.S, il y avait des amoureux, des mariages et des enfants ! La grande guerre patriotique et la victoire, si souvent utilisées dans la mémoire actuelle de l’Union soviétique, n’y sont exprimées que par une pause dans l’obscurité entre les deux tableaux soviétiques. Elles sont donc laissées de côté, pour faire place à une mémoire pacifique. L’évocation des stilâgi (traduit en anglais lors de la cérémonie comme hipster) permet d’évoquer de manière consensuelle les formes de dissidence. Les tenues colorées rappellent la comédie de Valerij Torodovskij de 2008. La coexistence semble sur scène totalement apaisée et sympathique alors que ces jeunes non-conformistes étaient à l’époque considéré comme l’archétype de la mauvaise influence occidentale et âprement combattus.

Le traitement de la révolution sous la forme d’un chaos frappe, rompant avec l’harmonie et la grâce des ballets représentant l’époque impériale. L’accompagnement musical par le concerto grosso n°1 de Alfred Schnittke nous conduit vers des facettes plus sombres. Alfred Schnittke, musicien soviétique,  a été mis à l’écart dès le début des années 1960 par l’union des compositeurs pour son style musical trop occidental, ses morceaux les plus innovants furent rarement joués par des orchestres. Il se réfugia alors dans la composition de musiques de film.

Pour le public occidental, l’U.R.S.S. a été assimilée à des expériences esthétiques. Ont été convoqués les artistes les plus marquants des avant-gardes : les formes géométriques suspendues rappelaient les tableaux de Rodtchenko ou de El Lissitsky, les costumes des acteurs réalisant des chorégraphies au sol ceux de Malevitch. La typographie utilisée dans le tableau suivant est celle des affiches constructivistes, l’ouvrier et la kolkhozienne de Vera Muhina dominent alors l’espace du stade.

MoukhinaSource : http://www.tdg.ch/sotchi2014/intimite-suisses-jeux-dhiver/contenu-2/jo-sotchi-2014/s.html

Cette cérémonie a donc intégré pleinement l’expérience soviétique à la geste russe en la présentant de manière harmonieuse, en en sélectionnant les figures de la grandeur et les éléments dont la Russie veut être fière dans un moment de fête. L’époque tsariste a bénéficié du même traitement.

P1000911Photo : (c) S. Dufraisse

 Néanmoins, la reprise d’un grand nombre de symboles et de souvenirs, de citations artistiques, la manière tempérée voire candide de représenter quelques épisodes de l’histoire soviétique conduisent  à un état de confusion. En effet, les scénaristes de la cérémonie ont juxtaposé des formes culturelles du passé tout en les détachant de leur contexte originel[6].  Le tableau constructiviste en est un exemple marquant. Sur le fond de Vremâ Vpered composé en 1965 par Gennadyj Svidorov à l’occasion d’un film sur l’industrialisation et la construction de Magnitogorsk, musique fréquemment reprise pour illustrer l’industrialisation et le premier plan quinquennal, le scénariste rassemble différents éléments très composites : les locomotives blindées de la guerre civile, les structures inspirées des parades de culture physique des années 1930 et les avant-gardes des années vingt dénoncées alors que s’impose le réalisme socialiste. Les temps alors s’entrechoquent, les repères s’estompent pour construire une mémoire  des années 1920 et 1930 accessible et acceptable au public d’une cérémonie d’ouverture.

La cérémonie complète peut être revue sur le site de francetv.


[1]http://tempsreel.nouvelobs.com/topnews/20140207.AFP9543/jo-2014-les-jeux-de-sotchi-s-offrent-une-ceremonie-d-ouverture-a-leur-demesure.html

[2] Nikolaj Koposov, Pamât´ strogogo režima. Istorija i politika Rossii [La mémoire d’un régime autoritaire : Histoire et politique de la Russie]. Moscou, Novoe literaturnoe obozrenie, 2011, 320 p.

[3] Konstantin Ernst, directeur général de Pervyj Kanal, est un producteur de télévision qui depuis quelques années a produit de nombreuses séries à grands succès reprenant les figures historiques russes et soviétiques (Essénine, Anna Karénine ). Il est également connu comme réalisateur de télévision. Le 31 décembre 1995, il s’était fait remarquer pour avoir scénarisé une émission de variété de trois heures Starye pesni o glavnom (De vieilles chansons sur ce qu’il y a de plus important) qui reprenaient les chansons les plus célèbres des années 1950. L’année suivante, il proposa par un nouvel opus dont le propos reprenait un film exemplaire du réalisme socialiste du début des années 1950 Les Cosaques du Kouban. Serguei Oushakine note avec justesse que ce film est un modèle d’utilisation du passé socialiste. Voir : OUSHAKINE Serguei Alex. « “We’re nostalgic but we’re not crazy” : Retrofitting the Past in Russia», The Russian review, 66, juillet 2007, p. 454.

[4] OUSHAKINE Serguei Alex. « “We’re nostalgic but we’re not crazy” : Retrofitting the Past in Russia», The Russian review, 66, juillet 2007, p. 451-482.

[5] Vajl’ Petr, Genis Aleksandr, 60-e mir soveckogo čeloveka, Moscou, 1996, NLO, 369 p.

[6] Voir : OUSHAKINE Serguei Alex. « “We’re nostalgic but we’re not crazy” : Retrofitting the Past in Russia », The Russian review, 66, juillet 2007, p. 454.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *