30 octobre 2012 – Levachovo

  • Place de la Trinité

    On distingue sur la partie droite de la photo, le monument aux victimes des répressions politiques.

  • Trintité

    Les militants rassemblés sur la place de la Trinité, le 30 octobre 2012.

  • Deuil

    Les visiteurs de Levashovo se recueillent devant les "monuments" érigés à la mémoire de leurs disparus.

  • Gerbes

    Les représentants de la région, de la ville et de plusieurs Etats étrangers

Notes de terrain.

Un bref récit de la journée du 30 octobre 2012 à Saint-Pétersbourg. Notes prises à l’occasion d’une mission de recherche à Saint-Pétersbourg et à Nijni Novgorod.

Le 30 octobre est, depuis 1974, une journée de commémoration des victimes des répressions politiques. Au cours des dernières années d’existence de l’URSS, le 30 octobre était une véritable journée d’action politique de dissidence. Aussi bien à ses débuts (série de grèves de la faim dans les camps de Mordovie et de Perm et conférence de presse organisée par S. Kovalev dans l’appartement d’A. Sakharov en 1974) que plus tard : le 30 octobre 1989 reste dans l’histoire de l’opposition au régime soviétique une date importante : de multiples manifestations publiques se sont alors déroulées dans le pays.

Par décret du Soviet suprême de la RSFSR, en date du 18 octobre 1991, la date est reconnue par les autorités et désormais officiellement commémorée. Depuis, la journée s’est progressivement institutionnalisée et d’une logique de combat s’inscrit dans une logique de commémoration. Cette année, les rassemblements prenaient une teinte particulière puisqu’il y a 75 ans se déroulait la Grande terreur stalinienne de 1937.

A Saint-Pétersbourg, la journée suit un rituel établi depuis plusieurs années. Elle débute par un meeting organisé sur la place de la Trinité (Troitskaja) devant une pierre de granit des îles Solovki installée en 2003 à l’occasion du tricentenaire de la capitale septentrionale de la Russie. L’érection de ce monument s’est faite à l’initiative de l’association Mémorial et a été financée par des fonds privés (souscription populaire et aide du parti politique SPS). Les pouvoirs municipaux se contentant de donner leur accord de principe.

 

On distingue sur la partie droite de la photo, le monument aux victimes des répressions politiques.

Ce 30 octobre 2012, environ 300 personnes étaient rassemblées sur la place. La plupart d’entre elles étaient âgées de plus de 50 ans (même s’il y avait des exceptions). Une classe d’écoliers se rendant à la forteresse Pierre et Paul a certes regardé d’un air curieux ce regroupement bruyant, mais  l’institutrice n’a pas marqué d’arrêt pour expliquer ce qui se déroulait sous les yeux de ces jeunes gens. La tonalité des interventions oscillait entre le rappel du souvenir des victimes des répressions et des échos directs à l’actualité. Certaines interventions étaient même assez véhémentes, insistant notamment sur ce que les orateurs estimaient être la poursuite, dans les faits, de « l’existence de l’URSS ».  La présence au pouvoir de plusieurs responsables qualifiés d’anciens représentants du régime honni, l’absence de  changements de noms de rue furent particulièrement dénoncées.

Les militants rassemblés sur la place de la Trinité, le 30 octobre 2012.

Plusieurs autobus, mis à disposition par la municipalité, emmènent ensuite les participants qui le souhaitent à Levachovo, charnier des victimes du stalinisme, situé au Nord-Ouest de la ville. Au cimetière, la politique se fait plus discrète. C’est le deuil qui domine.

Les visiteurs de Levashovo se recueillent devant les « monuments » érigés à la mémoire de leurs disparus.

Deuil individuel, puisque les descendants des victimes se recueillent sur les multiples signes de deuil qui parsèment le cimetière. Deuil officiel, ensuite, puisque des représentants des corps constitués de la ville sont présents et déposent des gerbes de fleurs. On remarque que les consulats sont extrêmement présents (États-Unis, Allemagne, Italie, Finlande, Ukraine, Estonie, Lettonie, Lithuanie…) créant un sentiment étrange de décalage entre la reconnaissance internationale et l’intérêt relatif des autorités russes (le gouverneur de Saint-Pétersbourg est représenté mais personnellement absent aussi bien sur la place de la Trinité qu’à Levachovo).

Les représentants de la région, de la ville et de plusieurs Etats étrangers

Une cérémonie religieuse clôt la partie officielle. Puis, des volontaires, en écho à la cérémonie de la veille à Moscou, lisent les noms des disparus, indiquant leur nom, leur âge, leur profession la date de leur exécution. Cette impressionnante litanie se poursuit le soir dans la cour de la maison d’Anna Akhmatova sur la Fontanka.

(c) François-Xavier Nérard
Les visiteurs sont ramenés au métro le plus proche par les bus municipaux à la fin de la cérémonie. Le 30 octobre est ainsi une date majeure de mobilisation et de fréquentation de Levachovo. On y retrouve un public relativement âgé. Les autorités officielles brillent néanmoins par leur absence. Ce qui pose la question de la place de la mémoire de 1937 dans la Russie contemporaine. Le 30 octobre 2007, lorsque Vladimir Poutine s’était rendu à Boutovo près de Moscou semble bien loin et surtout semble rester un événement sans lendemain.

Approfondir : Photos des manifestations moscovites d’octobre 1989 (et des années suivantes) sur le site du photographe russe, Dmitri Borko.

Le cimetière de Levashovo sur le site de l’encyclopédie en ligne des violences de masse.

 

Auteur : François-Xavier NERARD


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *