Les délégations soviétiques à l’étranger (de 1953 à la fin des années 1960) : Enjeux sociopolitiques et effets du voyage

Ce compte-rendu de la journée d’études a été rédigé par Daria Ermolaeva, doctorante au CRHS.

Huysmans - délégation URSS I

Délégation soviétique accueillie à l’aéroport en Belgique

Le 26 novembre 2014, s’est tenue une journée d’étude organisée par l’équipe de doctorants du Centre de recherches sur l’histoire des Slaves (CRHS). Cette rencontre a été consacrée aux voyages des délégations soviétiques à l’étranger à l’époque dite « de l’ouverture khrouchtchévienne ». Le décès de Staline en mars 1953 et surtout la loi qui autorisa les Soviétiques en avril 1955 à franchir la frontière, marquent le début du rapprochement de l’URSS avec l’Occident ainsi qu’avec des pays d’Asie, d’Afrique et d’Amérique latine. L’un des aspects soulignés au cours de cette journée est qu’il serait erroné de considérer ce moment comme une rupture totale : le voyage à l’étranger n’est pas une nouveauté absolue pour les Soviétiques. Des exemples datant des années 1930-1940 ont été évoqués. En revanche, la période en question voit tout de même un élargissement considérable du phénomène ; la fréquence des voyages, le nombre de pays visités, le spectre des domaines embrassés, ouvrent résolument une nouvelle phase des relations entre l’URSS et le reste du monde.

Le sujet proposé a un double intérêt. D’une part, il répond aux attentes de l’historiographie actuelle qui relèvent de l’histoire transnationale, et il s’ouvre vers des questionnements plus complexes à cheval entre l’histoire des représentations, des institutions et des individus. D’autre part, il s’agit d’un domaine encore insuffisamment exploré mais sans aucun doute essentiel pour appréhender le problème de l’intégration de l’URSS dans ce qu’Odd Arne Westad a appelé la « guerre froide globale », une intégration qui s’avère particulièrement visible au cours de la seconde moitié des années 1950.

Malgré la diversité des domaines traités par les communications de cette journée d’étude – le sport, la science, la culture, les arts –, toutes sont liées par des problématiques communes. Les chercheurs se sont surtout attachés à éclairer les questions suivantes : les effets de ces voyages sur les Soviétiques et sur la population des pays visités ; les modalités du contrôle sur les citoyens de l’URSS au-delà de la frontière ; les facteurs qui déterminent le succès ou l’échec des « ambassadeurs » soviétiques à l’étranger ; les enjeux de ces visites en faveur du régime et l’intérêt personnel des voyageurs.

Les intérêts de l’Etat semblaient dicter l’autorisation de franchir les frontières, octroyée aux délégués soviétiques. D’un côté, ces voyages représentaient un signe d’ouverture vers l’Occident, ce qui conduit à l’atténuation progressive des tensions entre la puissance socialiste et le reste du monde. D’un autre, la circulation des délégués soviétiques, leurs contacts avec les « locaux », leur image et leur comportement cherchaient à assurer une propagande du régime communiste, tout en renforçant le prestige international de l’URSS.

La participation de représentants de l’URSS au mouvement antinucléaire de Pugwash en 1957 constitue une illustration pertinente de ces enjeux, comme l’a montré Sophie Momzikoff au cours de la journée. Le succès obtenu à la conférence consacrée à une question essentielle pour l’URSS – l’arrêt des essais nucléaires – consolide le rayonnement de la science soviétique et la position de ce pays dans l’arène internationale. Dix ans plus tard, l’accord de l’URSS avec la France sur la collaboration dans l’espace élargit la présence de la science soviétique dans le contexte européen et marque un nouveau pas vers l’ouverture du pays.

De même, les délégations sportives soviétiques étudiées par Sylvain Dufraisse et Yannick Deschamps deviennent une véritable « vitrine » de la nation, grâce notamment à leurs qualités professionnelles, aussi bien qu’à leur comportement supposé être exemplaire. Ainsi, les basketteurs soviétiques, avec leur réputation d’ « imbattables », deviennent des modèles pour leurs homologues français. Ces derniers profitent de la présence des Soviétiques au cours des années 1950-1960 pour s’inspirer de leur technique « simple et efficace ». Mais les  victoires et les performances aux compétitions ne sont qu’une facette de l’image du sportif soviétique « exportée » à l’étranger. Les athlètes étaient appelés à promouvoir le régime par tous les moyens : les discours sur la qualité de l’éducation sportive, la création d’une « l’image-modèle »  d’un athlète cultivé, bien élevé, aux intérêts qui vont au-delà de la seule compétition. Il est également important de noter que ces voyages à l’étranger ont été utilisés dans le but d’affermir le sentiment patriotique des sportifs, par le biais notamment de visites de « lieux de mémoire communistes » (dont la tombe de Karl Marx à Londres ou le mur des Fédérés au cimetière du Père Lachaise).

Suivant l’analyse de Rafael Pedemonte, dans la Cuba révolutionnaire (dès 1959), les représentations artistiques des Soviétiques peuvent être perçues par les habitants comme une forme d’imposition idéologique, ce qui provoque une attitude parfois très hostile de la part des Cubains. En même temps, au Chili la présence des élites artistiques de l’URSS a contribué à améliorer les rapports entre les deux pays. Le côté exceptionnel de la culture soviétique ainsi que la qualité des prestations dans un territoire où les interventions de l’URSS étaient rares,  ont permis de renforcer l’image culturelle de Moscou.

Malgré une liberté relative des délégués soviétiques, leur séjour à l’étranger est accompagné d’un rigoureux système de contrôle, que ce soient des mesures appliquées au préalable, ou d’une surveillance « sur place ». La première modalité du contrôle est assurée par la rédaction d’un programme culturel très dense destiné à remplir le temps libre des délégués entre les répétitions, les entraînements ou les conférences. Les visites de musées, de monuments, d’usines sont donc prévues non seulement pour former et montrer des Soviétiques « avides de savoir », mais également pour éviter l’excès de contacts avec le monde occidental ou l’ennui. Ainsi, comme l’a pertinemment indiqué Stéphanie Gonçalves, les danseurs du Bolchoï témoignent d’une véritable « boulimie culturelle » lors de leurs tournées à Paris et Londres dans les années 1950. De fait, leurs emplois de temps en dehors des répétitions étaient particulièrement intenses. Dans presque tous les cas exposés dans la journée d’étude, le contrôle sur place des délégations est réalisé par un certain nombre d’acteurs : les « accompagnateurs » de la danseuse Galina Oulanova ; le prétendu traducteur à la conférence antinucléaire ; les agents de KGB infiltrés dans la délégation soviétique dans le cadre de l’accord sur la collaboration spatiale, entre autres.

Il est toutefois incontestable que les séjours des délégués soviétiques à l’étranger pendant la période en question, sont également caractérisés par une relative autonomie. Pour la première fois, les Soviétiques connaissent une forme de liberté qui leur permet de s’exprimer en tant qu’artistes, sportifs, savants – de sortir de temps en temps de leur rôle « d’ambassadeurs » de l’URSS.

L’exemple de la conférence antinucléaire montre que, malgré le contrôle, les scientifiques avaient la possibilité de discuter assez librement, ce qui contribuait à une circulation majeure du savoir. En outre,  les résultats positifs de la conférence ont élevé le statut du savant soviétique, qui est devenu un réel acteur de la diplomatie du Kremlin. Le cas des basketteurs témoigne de la liberté des sportifs de choisir les sujets de conversation et d’éviter les discours trop idéologiques, que ce soit dans un but de propagande ou simplement pour partager leurs opinions.

Un autre signe d’autonomie des délégués est le développement de liens d’amitiés entre les Soviétiques et leurs homologues d’Occident, la création de rapports personnels qui dépassent le service du régime politique. L’architecte soviétique Alexandre Vlassov, par exemple, se rapproche de son collègue américain Frank Lloyd Wright, comme le témoigne les photos et les écrits personnels de Vlassov présentés par Fabien Bellat. De même, des liens intimes se nouent entre les danseuses russes et françaises lors des tournées du Bolchoï à Paris, comme nous le montre le cas de Liudmila Oulanova et Lycette Darsonval. Les danseurs en général font preuve d’une entraide remarquable : les Français échangent des tenues et des ballerines avec les Soviétiques pour leur faire profiter de la qualité plus avancée de l’équipement européen.

Le revers de cette autonomie sont les scandales liés à la présence de délégués, notamment l’affaire Ponomareva (qui aurait volé cinq chapeaux dans un magasin londonien) et la défection du danseur Roudolf Nureev lors de sa tournée à Paris en 1961. Ces cas représentent une forme de résistance plus ou moins consciente au modèle de conduite imposé par l’État et participe au raffermissement des normes de comportement exigées.

Quel que soit l’objectif principal du départ, un aspect ne manque jamais : chaque voyage devient une expérience formatrice. Les années de fermeture de l’URSS ont crée un abime entre l’URSS et l’Occident. Aussi les visites de pays européens étaient souvent liées à des découvertes importantes : des modes de vie, des habitudes, des expressions culturelles différents. Il va de même dans le sens inverse : les « locaux », eux aussi, pour la première fois ont fait la connaissance de « l’homme soviétique », ce qui a amené à affaiblir ou à confirmer certains stéréotypes. Avant tout, ces séjours représentaient une occasion d’échanger des connaissances et d’expériences, de perfectionner des techniques en apprenant des autres pays. C’est notamment le cas des architectes russes qui empruntaient les technologies de leurs homologues américains lors de leurs voyages aux États-Unis dans les années 1950. Dans le domaine artistique, comme en témoigne le cas des danseurs soviétiques étudié par S. Gonçalves, on trouve l’idée de l’apprentissage réciproque et d’un échange professionnel avec leurs collègues français pendant les répétitions communes. Dans la sphère sportive, Yannick Deschamps a montré comment les basketteurs soviétiques avaient influencé l’entraînement des Français, suscitant une profonde admiration et la mise en pratique des innovations techniques apprises à leur contact.

La  journée d’étude à laquelle nous avons assisté est incontestablement le fruit d’un travail remarquable. Nous tenons surtout à mentionner le véritable renouvellement des sources utilisées, en particulier celles issues des archives russes, et le défi de mettre en commun des recherches liées à plusieurs domaines, qui tous étaient une composante de la diplomatie culturelle soviétique.

 

 

 

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *